Le Carnaval de Venise

Le Carnaval de Venise

La tradition du carnaval de Venise remonte au Xe siècle. Le mot « carnaval » vient de l’italien « carne levare », ce qui signifie ôter la viande. Il commence 10 jours avant le mercredi des Cendres et se poursuit jusqu’à Mardi Gras. Il s’agit d’une période de fête avant le Carême.

Histoire du Carnaval de Venise
Giovanni Domenico Tiepolo, Le Menuet, 1754

Giovanni Domenico Tiepolo, Le Menuet, 1754

Dès l’origine, le carnaval de Venise permettait d’abolir les frontières sociales, le but étant de souder la population en laissant de côté toute distinction de rang. Pour autant, au-delà du costume et du masque, le carnaval de Venise est un état d’esprit. Il s’agit de jouer son personnage et d’oublier les soucis du quotidien.

Au XVIIe siècle, avec la multiplication des voyageurs, le carnaval de Venise fut connu dans toute l’Europe. En 1797, lorsque Napoléon prend possession de la ville, il supprime le carnaval. Il ne renaîtra officiellement qu’en 1980 !

 

 

Costumes et masques vénitiens

Arlequin

À l’abri des masques et des costumes bariolés, les vénitiens se retrouvaient sur un pied d’égalité. À partir du XIVe siècle néanmoins, le port du masque est interdit la nuit et dans les édifices religieux car on jugeait alors qu’il permettait de transgresser toutes les règles de la morale, sous couvert d’anonymat.

On retrouve encore aujourd’hui au Carnaval de Venise tous les personnages de la Commedia dell’Arte comme Arlequin (le plus ancien), le Capitan ou Pantaleo. Parmi les costumes traditionnels, citons également la Gnaga, composée de vêtements féminins et d’un masque de chat. On trouve également beaucoup de bouffons ou d’ «amoureuses ».

La fabrication des masques reste encore de nos jours une activité strictement locale.

Déroulement des festivités

Durant 2 semaines, des défilés, concerts, pièces de théâtre ou concours de costumes animent la ville. Des jeux publics sont organisés tels que la pyramide humaine, la chasse au taureau, etc.

Le premier samedi du carnaval, 12 des plus belles femmes de Venise défilent sur la place Saint Marc. Ce défilé rend hommage à douze filles enlevées en 973 dans la basilique de San Pietro di Castello lors de leur mariage par des brigands. Une expédition menée par le Doge et les Vénitiens parvinrent à les libérer. On l’appelle la « fête des Marie »

Le lendemain, une jeune fille s’élance du haut du campanile de San Marco en tyrolienne pour rejoindre son amoureux sur la place, c’est le « vol de l’ange ».

Le dernier soir du carnaval enfin, un grand feu d’artifice est tiré sur le Grand Canal.

Giuseppe Lorenzo Gatteri, La fête des Marie, XIXe siècle Trieste, Museo Revoltella

Giuseppe Lorenzo Gatteri, La fête des Marie, XIXe siècle Trieste, Museo Revoltella


Pour en savoir plus

Gilles Bertrand, Histoire du carnaval de Venise, XIe-XXIe siècle, 2013

Site officiel du Carnaval de Venise


Pour recevoir les nouveaux articles directement dans votre boîte mail, abonnez-vous à la Newsletter !

 

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.