La Chandeleur

La Chandeleur

La Chandeleur se fête traditionnellement le 2 février, 40 jour après Noël. C’est le jour que tous les gourmands attendent avec impatience, celui où se régale de bonnes crêpes !

Des Lupercales romaines à la Présentation au temple
Philippe de Champaigne, La Présentation au temple, 1648 Musée Royal des Beaux-Arts, Buxelles

Philippe de Champaigne, La Présentation au temple, 1648 Musée Royal des Beaux-Arts, Buxelles

Plusieurs origines sont communément données à cette fête :

  • Tout d’abord les Lupercales romaines qui avaient lieu durant la première quinzaine de février. Ces fêtes dédiées au dieu Pan célébraient la fin du gros de l’hiver. Des processions au flambeaux étaient organisées et les Vestales faisaient des offrandes de gâteaux préparés avec le blé de l’ancienne récolte.
  • Dans les pays nordiques, une autre fête pourrait être rapprochée de la Chandeleur, celle de l’Ours qui célébrait également la fin de l’hiver (et de l’hibernation). Jusqu’au XVIIIe siècle, dans de nombreuses régions, la Chandeleur était d’ailleurs appelée la Chandelours.

Au Ve siècle, le pape interdit les Lupercales. Il annonça que l’on remplacerait cette fête par celle des relevailles de Marie. La date fut ainsi avancée pour coïncider avec la présentation au temple des nouveaux nés du rituel hébraïque, 40 jours après la naissance. Depuis cette époque, la Chandeleur est donc, contrairement à ce que l’on peut penser, une fête chrétienne.

Proverbes et traditions

Le mot « chandeleur » vient de « chandelle ». Une tradition chrétienne est liée à cette « chandelle de la chandeleur ». Ce jour là, les croyants devaient se rendre à la messe et en revenir avec une bougie allumée. Ils devaient bien évidemment faire en sorte que la flamme ne s’éteigne pas en chemin ! Cette bougie servait à éloigner les mauvais esprits de la maison et protéger les récoltes à venir. Une proverbe dit que « celui qui la ramène chez lui allumée, pour sûr, ne mourra pas dans l’année » !

Bien avant la chandeleur, les fêtes du début du mois de février célèbrent la fin du froid. D’ailleurs, on dit que « Rosée à la chandeleur, hiver à sa dernière heure » ou encore « À la Chandeleur, le jour croît de deux heures » car les jours commencent à allonger.

Crêpes ou navettes ?

Pourquoi fait-on des crêpes à la Chandeleur ?

Certains pensent que la crêpe, ronde et dorée, rappelle le soleil dont le retour était célébré pendant les Lupercales. D’autres font remonter la tradition au pape Gélase Ier qui faisaient distribuer des crêpes aux pèlerins qui arrivaient à Rome. On peut également se souvenir des Vestales et de leurs gâteaux de blé.

Dans de nombreux pays et à plusieurs époques, on retrouve la même tradition, celle de faire sauter la première crêpe de la main droite tout en tenant une pièce d’or dans la main gauche, afin de s’assurer la richesse durant l’année à venir.

En Provence, ce sont les navettes que l’on va manger à Saint-Victor à Marseille. Depuis la fin du XVIIIe siècle, le Four des navettes fabrique ces biscuits aromatisées à la fleur d’oranger prenant la forme de petites barques pour rappeler le débarquement des saintes Marie en Provence. Le jour de la Chandeleur, elles sont bénies par l’évêque de Marseille avant d’être distribuées aux gourmands. Petit conseil : les navettes s’achètent traditionnellement par 12, une pour chaque mois de l’année !


Pour recevoir les nouveaux articles directement dans votre boîte mail, abonnez-vous à la Newsletter !

 

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.