Le Nouvel An

Le Nouvel An

En 45 av. J.-C., le premier janvier devint le premier jour de l’année, sous l’impulsion de Jules César. Pourtant, durant les plus de 2 000 ans qui nous séparent de cet événement, il n’en fut pas toujours ainsi…

Les jours de l’an à travers l’Histoire
Crue du Nil, mosaïque romaine, IIe siècle av. J.-C. Museo Prenestino Palestrina

Crue du Nil, mosaïque romaine, IIe siècle av. J.-C. Museo Prenestino Palestrina

Le jour de l’an, par définition le premier jour d’un nouveau cycle, a longtemps correspondu à des événements climatiques, aux équinoxes ou aux solstices. Dans l’Égypte antique par exemple, c’est la crue du Nil, vers la mi-juillet, qui marquait le début d’une nouvelle année ; chez les Babyloniens, c’était généralement à la fin du mois de mars avec l’arrivée du printemps ; en Grèce au moment du solstice d’hiver le 21 décembre ; les Celtes à la fin de l’été, etc, etc.
Lorsque Jules César instaure le calendrier julien en 45 av. J.-C., le premier jour de l’année qui était jusqu’alors le 15 mars, est avancé au premier janvier. Cependant, cette date fut changée plusieurs fois au cours des siècles qui ont suivi.
En France, l’année commença tantôt le premier mars, tantôt à Noël, tantôt à Pâques… Ce n’est qu’en 1564, grâce à l’Édit de Roussillon promulgué par Charles IX que le nouvel an fut de nouveau fixé au premier janvier. Il précise que « l’année commence doresénavant et soit comptée du premier jour de ce moys de janvier ». 18 ans plus tard, le pape Grégoire XIII institue le calendrier grégorien et le premier janvier devient officiellement le premier jour de l’année de tous les pays chrétiens. En 1810, il devient un jour férié en France.

Rituels et célébrations
Peder Severin Kroyer, Hip Hip Hurrah, 1888 Musée des Beaux-Arts de Göteborg

Peder Severin Kroyer, Hip Hip Hurrah, 1888 Musée des Beaux-Arts de Göteborg

Dans tous les pays du monde et à toutes les époques, quelle qu’ait été la date retenue, le début d’un nouveau cycle fut l’occasion de célébrer des rituels spécifiques.
À Babylone, les festivités duraient une dizaine de jours. En Égypte, des offrandes étaient faites aux dieux et des processions organisées entre le fleuve et les temples. À Rome, c’est le dieu Janus qui était célébré avec des sacrifices d’animaux et des offrandes de fruits. Les portes des temples étaient ouvertes à tous et l’on s’échangeait des vœux de bonheur et de prospérité pour l’année à venir.
Aujourd’hui, il est de tradition de fêter le passage de la nouvelle année dans la nuit du 31 décembre au premier janvier, en famille ou entre amis. Plusieurs « rituels » ont cours comme le baiser sous le gui, le premier bain de mer, l’envoi de cartes de vœux (pas de panique, on a jusqu’au 31 janvier pour le faire !). Certains laissent portes et fenêtres ouvertes pour laisser partir l’année écoulée et accueillir la nouvelle quand d’autres prennent des bonnes résolutions…

Qui était saint Sylvestre ?
Saint Sylvestre

Saint Sylvestre

Le réveillon du jour de l’an est aussi appelé réveillon de la saint Sylvestre.
Sylvestre fut pape au début du IVe siècle, sous le règne de du premier empereur romain catholique, Constantin I. Mort le 31 décembre 335, il est depuis célébré le dernier jour de l’année civile.

 

 

 


Pour recevoir les nouveaux articles directement dans votre boîte mail, abonnez-vous à la Newsletter !

 

Pas de commentaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.