Sandrine Chabre

Accueil » Prestations » Exemples de conférences

Exemples de conférences

 

  • Christophe Veyrier (1637-1689) : un sculpteur dans l’ombre de Puget

Né le 25 juin 1637 à Trets, Christophe Veyrier, sculpteur et élève du grand Puget, a évolué au sein d’une famille d’artistes.

Ce n’est qu’en 1663 à Gênes que la collaboration entre Veyrier et Puget est attestée. Le mélange de ce que l’élève a puisé chez les artistes romains et de l’enseignement de son maître constitue un art fluide, une tempérance et une douceur que l’on peut rapprocher la plupart du temps plus à la sculpture française du début du XVIIIe siècle qu’au baroque fougueux de Pierre Puget.

Fort de ses connaissances et des différentes techniques qu’il a expérimentées, il parviendra à produire des œuvres personnelles d’une grande force.

 

  • Entre Rome et Paris, Pierre Puget et la sculpture en Provence

Influence italienne et passion du marbre ont nourri les sculpteurs français tout au long du XVIIe siècle.

La Provence, lieu de passage entre la France et l’Italie, est une région où l’on perçoit l’importance des échanges artistiques entre les deux pays, et la sculpture qui s’y pratique est naturellement un mélange des courants versaillais et romain.

L’atelier de Pierre Puget fut au centre de ce mélange des cultures. C’est avec des œuvres telles que le Milon de Crotone, les Atlantes de l’hôtel de ville de Toulon pour la France ou l’autel de San Siro, le St Sébastien ou l’Immacolata Lomellini pour l’Italie, que Pierre Puget s’imposera rapidement.

 

  • Les marbres de Provence à Versailles sous Louis XIV

Sous l’administration de Colbert, avec la construction du château de Versailles, se fait sentir la volonté de mettre à l’honneur les marbres français. De nombreuses carrières furent exploitées et fournirent en grande quantité des blocs pour les bâtiments du Roi. Les marbres français, de coloris variés et de bonne qualité, furent largement utilisés dans les demeures royales, même si les marbres italiens continuent à être importés et appréciés. 

Les infrastructures et services royaux destinés à la commercialisation, au transport et au stockage des marbres français privilégiés par le Roi se multiplient alors massivement. Ceux des Pyrénées occupent une place élevée dans la hiérarchie des marbres français, devant ceux du Languedoc et de Provence.

 

  • De la colonne dorique à la cariatide : la théorie des ordres en France durant le siècle des Lumières

Depuis l’Antiquité et durant de nombreux siècles, la colonne était l’élément fondamental de toute architecture. La transformation de son fût en figure humaine a donné naissance aux atlantes et aux cariatides.

A la Renaissance, alors que l’Antiquité est redécouverte et que la théorisation de l’art se développe, on voit se multiplier les exemples d’utilisation de ces colonnes anthropomorphes (à forme humaine).

En France, à partir du XVIIe siècle, les architectes se penchent sur cette question à travers l’étude des ordres d’architecture, c’est-à-dire des différentes sortes de colonnes et leurs ornements.

Les ouvrages théoriques se sont multipliés, mêlant théorie des proportions, relevés archéologiques, mythologie et pensées philosophiques.

 

  • La sculpture comme ostentation du pouvoir : les portraits du Roi et statues équestres sous Louis XIV

La sculpture a de tout temps été, tout autant que la peinture, un support adapté à la volonté d’ostentation des souverains pour exprimer la force de leur pouvoir au plus grand nombre. La statue équestre en est l’une des formes les plus utilisées sous le règne de Louis XIV.

Louis XIV, grand Roi pour ce qui concerne le développement artistique de la France, utilisa l’art comme une arme politique. Il encouragea ainsi les artistes à travailler à sa gloire et à la postérité de son règne

 

 

  • La sculpture à Gênes au temps de Pierre Puget

En 1661, Pierre Puget part s’exiler en Italie, dans la capitale de la Ligurie (Gênes) suite à la disgrâce de son protecteur Nicolas Fouquet, surintendant des finances de Louis XIV.

Sollicité par les grandes familles de la noblesse génoise, il y réalise quelques-unes de ses plus belles œuvres sculptées (le Saint Sébastien et Alessandro Sauli pour l’église de Carignan, le maître-autel de San Siro, l’Immacolata Lomellini, etc.)

Devant l’engouement qu’il provoque, nombreux sont les sculpteurs locaux qui souhaitent travailler avec lui et très vite, il constitue un atelier avec les artistes les plus prometteurs.

 

  • La marbrière de Trets, exemple d’une gestion familiale au XVIIe siècle

Située entre Aix-en-Provence et Saint-Maximin-la-Sainte-Baume, la commune de Trets abrite une carrière de marbre qui fut exploitée dans les années 1680-1730 par la famille Veyrier. Cette famille compta de nombreux marbriers, sculpteurs et architectes, parmi lesquels émergea la figure centrale de Christophe Veyrier, l’un des principaux élèves de Pierre Puget. Il fut l’inventeur de la carrière proche de l’ermitage Saint Jean du Puy et en devint copropriétaire avec ses frères Louis et François.

 

  • Les voyageurs du Grand Tour, itinéraires et récits littéraires

A partir de la fin du XVIIe siècle et tout au long du siècle suivant, le voyage d’Italie ou Grand Tour fut un passage obligé pour tout artiste ou amateur d’art.

Les voyageurs, suivant des itinéraires sensiblement similaires, partaient ainsi à la découverte des merveilles de l’Italie. La littérature de voyage est un outil précieux pour historiens et historiens de l’art qui découvrent ainsi des descriptions parfois très précises des monuments, œuvres d’art et collections particulières visitées par ces voyageurs.

 

 

  • Le château Grimaldi à Puyricard, un palais d’inspiration génoise au destin tragique

Construit par le cardinal Jérôme Grimaldi (1597-1685) sur le plateau de Puyricard dans les années 1665-1680, le château de Puyricard fut conçu comme un mélange d’art provençal et génois. Grimaldi voulut édifier une immense et prestigieuse demeure dans la campagne aixoise dès sa nomination comme archevêque d’Aix en Provence en 1655.

…etc (me contacter pour le catalogue complet)

 

 

Tarifs